LIRE

Robert Migliorini, La Croix

« Tard dans la nuit, la télévision a diffusé ce documentaire tout à fait impressionnant. (…)
« le testament de tibhirine » est une méditation précise et riche d’enseignements, qui retrace l’itinéraire spirituel de cette communauté. »

… Lire la suite

Matthieu Verrier, La Vie

Construit autour du testament de Christian de Chergé, prieur du monastère, le film cherche à comprendre le sens de leur présence en terre d’islam. (…)
Les extraits du Journal du Frère Christophe relatent le quotidien d’une communauté qui voit la violence croître dans l’Algérie des années 90, et qui reste fidèle, entre contemplation et souffrance, jusqu’à la fin. Les coupures de presse tragiques s’incrustent dans les paysages magnifiques des montagnes de l’Atlas pour un récit bien mené, Au fil des photographies d’archives, les sourires des cisterciens et des villageois font monter l’émotion…

… Lire la suite

Laurent Vérat, Le Nouvel Observateur

« Prévenus du danger qui les guettait, les moines du monastère de Tibhirine se sont posé la question de leur avenir de manière collégiale. Fallait-il céder aux pressions et quitter le pays, ou se cacher dans la capitale ? Accepter la protection armée que leur offrait les militaires ? Déstabilisée, la petite communauté hésite, et opte finalement pour le statut quo, opposant par sa simple présence une résistance quotidienne à la spirale de la violence. ( . )
Des proches retracent le parcours de ces hommes de Dieu amoureux de l’Algérie. Une lettre en forme d’adieu fait office de testament de la communauté et sert de fil rouge au récit. »

… Lire la suite

Isabelle Marchand, Pèlerin

« Dix ans après,
les mots des moines de Tibhirine, n’en ont que plus de poids. »

… Lire la suite

Marie Cailletet, Télérama

« Un bien étrange. objet télévisuel. »

Réponse du réalisateur :
« Oui, ce film n’évoque pas l’enquête judiciaire sur la mort des sept moines. C’est un choix. ( . )
Ces hommes sont morts, il y a dix ans, mais leur pensée est d’une étonnante actualité. Par rapport aux relations nord-sud.
Par rapport à notre monde, malade de violence.
Par rapport à l’accueil de « l’autre », différent.
Cette pensée, ces choix « citoyens » vécus anonymement à Tibhirine, ils les ont signés de leurs vies. Ne donnons pas raison, à ceux qui ont voulu les faire taire. Ecoutons-les !
E. A. 18. 04. 06

… Lire la suite

Cyril Lepeigneux, Famille chrétienne

« La plaie est toujours ouverte : le tissu déchiré de l’Algérie et de ses rapports avec la France, sur lequel ces moines se sont portés volontaires, avec toute leur humanité et leur attention, pour apporter de la paix. »

… Lire la suite

Pierre Tanguy, Ouest-France

« Retour sur les lieux. C’est parce qu’il a été « bousculé » par le testament du prieur du monastère de Tibhirine, Christian de Chergé, que son film est « advenu ».

… Lire la suite

Yves Jardin, Le Peuple breton.

« Voyez ce film. Il permet de mieux comprendre, à travers le destin de sept hommes, l’évolution de l’Algérie. Il montre aussi quel enrichissement peut apporter un dialogue sincère et respectueux entre
chrétiens et musulmans, entre Orient et Occident. »

… Lire la suite

Serge Steyer, Films en Bretagne.

« Ce qui était à l’époque un sujet d’actualité, traité à la une des journaux, devient aujourd’hui, grâce au travail précis et rigoureux d’Emmanuel Audrain, un objet de méditation.
( … )
Dans un monde où nous vivons chacun replié sur soi, le sens de cette expérience risque de nous échapper. La classifier de « mystique » est une bonne façon de l’invalider. Mais ne nous y trompons pas. Si nous avons affaire ici à des chrétiens patentés, ils sont sans grand rapport avec l’Eglise Romaine subvertie par la conquête du pouvoir et l’attrait de l’apparat.

Le testament de Tibhirine marque la fin d’une expérience utopique, et sa possible résurrection. C’est ce que ce film tente de nous léguer : une attention à l’autre et à la vie, qui laisse à l’homme sa liberté, loin de tout prosélytisme. »

… Lire la suite

Les commentaires sont fermés.